Blagues sarkozhyènes

"Alors je vais prendre au gouvernement, comme l'a fait le Premier ministre, trois engagements très clairs. Il n'y aura pas de privatisation d'EDF ou de Gaz de France. C'est clair, c'est simple et c'est précis." TF1 le 8 avril 2004.

"L'économie française ne saurait se résumer aux banques et aux compagnies d'assurances aussi importantes soient-elles ! Les Américains se disent libéraux, mais ils multiplient les mesures protectionnistes pour défendre leur industrie. Et nous, qui craignons tant d'être accusés de libéralisme, nous laisserions notre industrie disparaître ? Ne comptez pas sur moi pour consentir à cet abandon. Il n'y a pas de fatalité aux délocalisations." Le Figaro, 17 mai 2004

"J'ai vieilli, j'ai mûri, j'ai compris. Pour réformer, il ne faut pas agir à la hache mais être capable de créer un mouvement continu qui soit compris, ambitieux et ininterrompu. Les sociétés archaïques fonctionnaient par ruptures." Les Echos, 23 juin 2004

"J'avais toujours dit que je ne resterais pas plus de trois ans au gouvernement." Le Figaro, 24 novembre 2004

"Sans prononcer le mot de rupture, pour ne vexer personne, c'est une musique totalement différente que Nicolas Sarkozy a fait entendre aux Américains (...) Si on gagne la présidentielle le 6 mai, il sera temps de changer de politique étrangère le 7", assure le député Pierre Lellouche, spécialiste de relations internationales, qui assistait au rendez-vous entre le ministre de l'Intérieur et George Bush" Le Monde, 18 septembre 2006

http://www.agoravox.fr/article_tous_commentaires.p-hp3?id_article=19560



12/05/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres