Kels medias sont encore indépendants?

Nous avons eu, à de multiples reprises, le sentiment, pendant la campagne présidentielle, que les médias favorisaient plus ou moins nettement, Nicolas Sarkozy. Avant que la mémoire ne sefface et que la polémique ne se dissipe, il est utile de dresser une liste précise des faits constatés et de sinterroger sur les conditions dans lesquelles se déroulera la prochaine campagne...

Pour exemples :
- La diffusion de reportages partiaux tels que celui diffusé par TF1 sur La France des assistés trois jours avant la fin de la campagne officielle et la veille du débat dentre-deux tours
- La reprise des images de léquipe de Nicolas Sarkozy pour lensemble de ses déplacements et meetings
- La diffusion dimages non révélatrices des déplacements et meetings de Ségolène Royal (toujours au pupitre, rarement dans la foule, seule, etc.)
- La reprise systématique de la moindre voix discordante au sein du PS
- La couverture exceptionnelle accordée à Eric Besson en comparaison de celle accordée à Azouz Begag
- La non-diffusion de communiqués de presse délus socialistes, etc.
- La diffusion de dépêches AFP, AP et Reuters partiales
- Labsence de contradiction des journalistes face aux élus UMP et à Nicolas Sarkozy
- La volonté évidente de coincer Ségolène Royal ou dautres élus socialistes sur des éléments secondaires
- La concentration des journalistes sur les divisions internes au Parti Socialiste et sur les thématiques souhaitées par Nicolas Sarkozy
- La dérision sur toute nouvelle mesure de Ségolène Royal
- Le 100 minutes pour convaincre offert par Arlette Chabot la veille du début du décompte officiel du CSA, qui a permis au candidat ministre de lintérieur de passer deux fois sur cette émission pendant que son adversaire ny passait quune fois.

Les faits marquants de la concentration des médias et des liens avec Nicolas Sarkozy sont les suivants :

- France Télévisions (lEtat français : France 2, France 3, France 4, France 5, RFO, France 24, France ô) est présidé par Patrick de Carolis (soutien de Nicolas Sarkozy), et contrôle une diffusion réalisant plus de 40% de laudience française
- TV5 est présidé par François Bonnemain, un proche de Jacques Chirac et un soutien de Nicolas Sarkozy
- Radio France (France Info, France Inter, France Culture, France Bleu, France Vivace, Le Mouv), est présidé par Jean-Paul Cluzel, longtemps collaborateur de Jacques Chirac, soutien de Nicolas Sarkozy
- Bouygues détient TF1, LCI, TV Breizh et a des participations importantes dans Metro, TMC, RTL 9, NT1, etc. (Martin Bouygues est le parrain du fils de Nicolas Sarkozy) : plus de 40% de laudience. N.B. : Laurent Solly, directeur adjoint de campagne de Nicolas Sarkozy a été engagé sur TF1. Cest une nomination demandée directement par lElysée.
- M6 est présidé par Nicolas de Tavernost, cest un soutien de Nicolas Sarkozy. Via une holding, Vincent Bolloré -ami de ce dernier- est un des principaux actionnaires de la chaîne
- Lagardère (Arnaud Lagardère considère Nicolas Sarkozy comme son frère ) et Editis (propriété de Wendel : présidé par Ernest-Antoine Seillière) réalisent plus des 2/3 de la production littéraire française
- Lagardère est le premier éditeur mondial de magazines, détient de très nombreux journaux, magazines et radios, tels que Paris Match, Le Journal du Dimanche, Elle, Télé 7 Jours, Europe 1, BFM, MCM, Europe 2 TV, a des participations dans Le Monde et dans Le Parisien, est opérateur des NMPP
- Dassault détient de nombreux quotidiens et magazines, comme Le Figaro et Valeurs Actuelles (Le fils Olivier Dassault est député UMP, Serge Dassault est sénateur UMP et un très proche de Nicolas Sarkozy)
- Bolloré détient les gratuits Directs Soir et Matin Plus, la chaîne Direct 8, est indirectement un des principaux actionnaires de M6, possède le groupe publicitaire Havas, possède 44% de lInstitut de sondages CSA (ce qui par ailleurs remet en cause la crédibilité du sondage CSA déclarant que les Français nétaient pas choqués du séjour de Nicolas Sarkozy sur le yacht d un ami industriel )
- Bernard Arnault (témoin du mariage de Nicolas Sarkozy) possède notamment le journal La Tribune et Radio Classique Analyse succincte du résultat de lélection présidentielle de 2007 Juin 2007 Nicolas Cadène Collaborateur parlementaire de Jean-Louis Bianco 13
- Alain Minc (soutien affiché de Nicolas Sarkozy) préside le Conseil de surveillance du groupe Le Monde (avec notamment Télérama, Midi Libre) conseil où siège désormais Guillaume Sarkozy, frère du chef de lEtat- et conseille de nombreux patrons de médias (Edouard de ... Libérationnotamment)
- Le Conseil Supérieur de lAudiovisuel (CSA) est présidé par Michel Boyon, ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin
- 60% de la diffusion de la presse magazine sont réalisés par Lagardère, Mondadori France (Silvio Berlusconi) et Dassault
- Agences de presse : il ny a que 3 agences mondiales : AP (presse US), Reuters (en France, lié à lEtat français) et AFP (présidé par Pierre Louette, ancien du cabinet dEdouard Balladur et soutien de Nicolas Sarkozy)

Tous ces groupes ont des intérêts croisés : administrateurs et/ou actionnaires communs. Un grand nombre de leurs dirigeants proviennent de cabinets ministériels, et réciproquement. Chaque parlementaire mentionné a voté la loi DADVSI.

Le Parti Socialiste na pas modifié la législation sur la concentration de certains groupes, lorsquil était aux responsabilités. Désormais, il est essentiel de sattaquer de façon constructive à cet état. Surtout, cela doit être diffusé massivement en parallèle dune proposition de loi contre la concentration des médias, pour lindépendance journalistique et pour le respect de sa déontologie.

Nicolas Cadene sur Betapolitique


06/08/2007
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres