La parité à l'union pour le machisme et le patriarcat

Ils sont quand même rigolos, ces mecs avec leur ego boursouflé ! A croire qu'ils seraient tous génétiquement compétents, les Douste-blabla du Quai d'Orsay, les Mattei à la Santé, les Luc Ferry à l'Educ nat etc, contrairement à leurs soeurs et consoeurs qui, les pauvrettes, doivent toujours "faire leurs preuves" ! en Espagne, comment font-ils pour avoir autant de femmes compétentes au gouvernement et aux Cortes (parité respectée sans aucune loi votée) alors qu'en France, à les croire, elles seraient quasi toutes nulles ? Et les jeunes en politique, si il y en a aujourd'hui aussi peu, c'est aussi à cause de leur incompétence (surtout au Sénat ) ?

Le président élu veut appliquer la règle qu'il s'est imposée : autant de femmes que d'hommes dans le gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-200-7/20070512.FIG000000680_nicolas_sarkozy_face_au_cas-se_tete_de_la_parite.html

Le sujet du jour, dans les cercles de la Sarkozie, avait un nom : la parité.

De l'avis général, "l'oukase" de la parité complique singulièrement la tâche de Nicolas Sarkozy, qui aurait bien du mal à trouver des ministres femmes "au niveau" dans ce gouvernement de "pros". Candidat, il s'est engagé sur un gouvernement de parité entre hommes et femmes. "On s'est laissé enfermer dans cette promesse idiote. À cause de cela, il n'est déjà plus libre de placer les meilleurs, parce qu'il doit respecter un quota !", s'agace l'un de ses plus proches conseillers. Un autre prévient : "Il ne pourra pas faire comme Juppé en 1995. Et il le sait." Alain Juppé avait nommé plusieurs femmes au gouvernement, pour les "virer" six mois plus tard.

"C'est un véritable casse-tête", reconnaît un proche. Exemple : Anne Lauvergeon, patronne d'Areva, et ancienne sherpa de François Mitterrand, faisait partie des personnalités souvent citées. Elle a rencontré, hier, Nicolas Sarkozy. Pour lui opposer une fin de non-recevoir. "Anne Lauvergeon dirige une entreprise de taille mondiale, elle gagne bien sa vie. Quel intérêt aurait-elle à quitter ce job, où elle est maître à bord, pour un maroquin ?", décrypte un élu proche de Nicolas Sarkozy. "En dehors de Michèle Alliot-Marie - régulièrement annoncée au ministère de la Justice - , et Christine Lagarde - que certains annonçaient hier au Quai d'Orsay -, il n'y a rien de sûr", résume-t-on rue Saint-Dominique. Autres femmes en lice : Rachida Dati, Valérie Pécresse et Christine Boutin.


12/05/2007
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres