Novelli

HERVE NOVELLI

Ancien membre d'Occident, d'Ordre nouveau et du Parti des forces nouvelles (PFN, extrême droite favorable à une alliance avec la droite), Hervé Novelli reconnaît lui-même qu'il "sent le soufre" (Le Monde, 28 mai 1998).

Quoi d'étonnant à ce que Hervé Novelli ait obtenu le soutien du Front National (FN) aux élections législatives de juin 1997, en échange d'un engagement à s'opposer à l'application du Traité de Maastricht et à défendre la "préférence nationale". Il ne récuse en rien d'ailleurs son passé : "Je n'ai pas un regret. Occident, c'était un anticommunisme dans lequel je me reconnais toujours [...] Ne tombons pas dans le piège de la béatification de l'extrême gauche et de la diabolisation de l'extrême droite " (Le Monde, 13 février 2005).

Hervé Novelli déplore que le FN et la droite ne se soient pas alliés plus souvent après 1988. Il approuva d'ailleurs vigoureusement les présidents de région élus grâce à l'extrême droite en 1998, comme Charles Millon : "Les gens y voient bien autre chose que la relation au Front National. Ils ont apprécié le bras d'honneur. Le politiquement incorrect, c'est ce qui rapporte aujourd'hui. Le refus devient une attitude sympathique" (Le Monde, 16 mai 1998). Si c'est lui qui le dit...


12/05/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres