Tony Blair

Je n'ai pas fait partie de ces gens plein d'illusion à l'arrivée de Tony Blair. Je savais qu'il appartenait à la droite du parti et je m'attendais à ce qu'il fasse ce qu'il a fait. Mais je ne m'imaginais pas que ce Premier ministre travailliste allait devenir l'allié de Bush, de Berlusconi, d'Aznar et aujourd'hui de Sarkozy. Je ne prévoyais pas non plus qu'il allait faire participer le pays à une guerre illégale en Irak, désobéir aux Nations unies et violer la Convention de Genève. Car avec ce gouvernement, tout est devenu sujet à marchandage. Et la politique de privatisation à tout crin le montre bien. Les services publics ont été démantelés et vendus à des compagnies privées. Seules les forces de police sont restées publiques, parce que le gouvernement a vraiment besoin d'elles ! Pour moi, la seule réussite de ce gouvernement est l'instauration du Supporters Direct, un programme qui permet aux supporteurs d'un club sportif de détenir des parts dans son capital et de siéger au comité de direction. Le reste n'est qu'écran de fumée. Exemple ? L'instauration d'un salaire minimum très bas et non accompagné d'une garantie d'heures suffisantes pour assurer la subsistance d'un individu. La désillusion qui entoure le nouveau Labour ouvre un challenge pour la gauche britannique.

Dans la série les potes de Sarko

analyse critique de: Ken Loach
Réalisateur
"Tout est devenu sujet à marchandage"


12/05/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres